René Frégni, Prix des Lecteurs Gallimard 2017, entre Pujols et Livresse

Librairie Livresse
Samedi 8 décembre 2018
de 10h à 12h30
René Frégni dédicace
————-

Né en 1947 dans les quartiers populaires de Marseille, cet homme chaleureux riche d’un parcours original a publié une vingtaine de récits et de romans. Le dernier, Les vivants au prix des morts, a reçu le prix des lecteurs Gallimard 2017. Son œuvre est très marquée par son expérience du monde carcéral : il anime depuis des années des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes, et profitera de sa venue pour rencontrer les détenus de la centrale d’Eysses.

Invité par la bibliothèque municipale de Pujols, René Frégni partagera deux moments particuliers dans cette belle ville de Pujols :

* Vendredi 7 décembre à 20h dans la salle culturelle : Rencontre-Dédicace avec René Frégni : « Les mots de ma vie ».

* Samedi 8 décembre à 19h à la Maison du Jouet Rustique : auberge espagnole littéraire avec l’auteur.

Entre-temps, pour les lecteurs de Livresse et pour ceux qui ne pourraient pas se rendre à l’un des deux rendez-vous organisés par la Bibliothèque Municipale de Pujols, René Frégni nous fait le plaisir d’une séance de dédicaces  :

à la librairie Livresse
samedi 8 décembre de 10h à 12h30
.

Nous sommes particulièrement heureux d’accueillir cet auteur à « La passion de l’écriture au fil des mots », aux nombreux prix littéraires et déjà reçu deux fois à La Grande Librairie!

Son dernier roman Les vivants au prix des morts est publié dans la collection Blanche de chez Gallimard :

Quatrième de couverture :

« Lorsque le douzième coup de midi tombe du clocher des Accoules, un peu plus bas, sur les quais du Vieux Port, les poissonnières se mettent à crier : « Les vivants au prix des morts ! « . Et chaque touriste se demande s’il s’agit du poisson ou de tous ces hommes abattus sur un trottoir, sous l’aveuglante lumière de Marseille…

A Marseille, René n’y va plus que rarement. Il préfère marcher dans les collines de l’arrière-pays, profiter de la lumière miraculeuse de sa Provence et de la douceur d’Isabelle.

Il va toutefois être contraint de retrouver la ville pour rendre service à Kader, un encombrant revenant. Kader qu’il a connu lorsqu’il animait des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes, belle gueule de voyou, spécialiste de l’évasion. Kader, qu’il voit débarquer un jour à Manosque traqué par toutes les polices, en quête d’une planque, bien avant la fin prévue de sa longue peine. Dès lors, il est à craindre que le prix des vivants soit fortement revu à la baisse…

Commence un face à face entre le silence de l’écriture et celui des quartiers d’isolement, entre la petite musique des mots et le fracas des balles. Au fil de l’intrigue haletante, René Frégni entraîne le lecteur de surprise en surprise, tout en célébrant de son écriture brutale et sensuelle la puissance de la nature et la beauté des femmes. »


Pour mieux connaître cet auteur truculent, accédez au site :
https://www.livres-fregni.org/

Ici un extrait de la présentation de son site :

« La ville est au centre de tous les romans qu’il écrit mais chaque page traverse des forêts, des hameaux perdus, des plateaux sauvages. Toute l’œuvre chemine entre la noirceur des hommes, la lumière de la mer et la beauté des femmes. Son âme est Manosquine autant que Marseillaise. »

Il écrit également des livres pour enfants.

La plupart de ses romans ont reçu un Prix littéraire et sont traduits en 6 langues. 

« René Frégni est plus qu’un grand écrivain. Ses nombreux prix littéraires ne l’éloignent pas des autres. C’est un père et un éducateur. Ses interventions dans les prisons et les écoles, son humanisme, son humour, sa gentillesse, sa volonté constante de partager ses savoirs, en font un gentleman des lettres » 

Jean Darot – Parole Editions »

 

 

Laisser un commentaire