C’est aujourd’hui : Rivages/Noir : 30 ans d’addiction au Polar, ça se fête à la librairie Livresse

Mercredi 15 juin 2016 de 17h à 19h (et plus
si affinités…)

c’est à la librairie Livresse
à Villeneuve sur Lot
que seront fêtés les 30 ans de Rivages/Noir
avec 2 auteurs « phares » de cette collection :


Pascal Dessaint et Dominique Forma

Rencontres, discussions, dédicaces
Une soirée qui s’annonce animée
avec 2 auteurs aux parcours quasiment antagonistes,
mais qui partagent le même amour des mots
et des histoires 
qui mélangent le plaisir de lire
et la stupeur de la lecture de polars!

amor.indd

 Ils nous parleront de leurs ouvrages
mais aussi de leur cheminement vers l’écriture et la publication,
des plaisirs et vicissitudes du métier d’écrivain
et de leurs projets avec Rivages/Noir,
LA collection mythique de François Guérif!
« Rivages/Noir : trente ans de crimes en toute impunité »
(Les Échos)


Rivages/Noir, que les lecteurs et futurs lecteurs de polars
venus à Livresse en connaisseurs ou en curieux,
fêteront au cours d’un apéritif « vinatoire »
qui clôturera cette soirée
pour le plus grand plaisir de tous!

Les livres de Pascal Dessaint et Dominique Forma sont disponibles à Livresse


Pour connaître d’avantage ces deux auteurs, ci-dessous morceaux choisis de biographies et bibliographies en quelques extraits d’articles de presse ou de mots d’éditeurs :

Pascal Dessaint

Toulouse et le Nord de la France nourrissent son inspiration. En 1999 il publie « Du bruit sous le silence », premier Polar dont l’action se déroule dans le monde du rugby.
Ornithologue, marcheur et militant dans l’âme, il écrit à partir de « Mourir n’est peut-être pas la pire des choses » (2003) sur les rapports complexes et douloureux entre l’homme et la nature.
Il évoque la catastrophe AZF de Toulouse dans « Loin des humains » (2005) et le scandale Metaleurop dans « Les derniers jours d’un homme » (2010).
Originaire du Nord, dont l’ambiance imprègne une partie de son oeuvre, Pascal Dessaint dépeint la fragilité des êtres et la confusion des sentiments, sur fond de questions sociales et environnementales.
Romancier de l’intime, parfois jusqu’aux frontières de la folie, il excelle à faire surgir l’ineffable. Son regard aiguisé mais toujours tendre, explore, fouille et dévore, les ténèbres les plus sombres et en fait jaillir la beauté la plus universelle, comme dans son roman « Le chemin s’arrêtera là » (Prix Jean-Amila Meckert 2015).
« Le chemin s’arrêtera là » : : « Sur une côte nordiste fantomatique, des hommes survivent au jour le jour, hantés par un passé mortifère. Mais qui sont ces laissés-pour-compte de notre époque, qui semblent camper dans un temps suspendu ? Des êtres qui, derrière l’apparence de normalité qu’ils essayent de préserver, ont été broyés ou souillés, à l’image du pays qu’ils habitent, marqué par les stigmates d’une industrie lourde moribonde et d’une nature qui reprend ses droits, de plus en plus inquiétante. »

Pascal Dessaint a écrit 23 romans parus  Chez Rivages/Noir :

PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE (En cliquant sur le titre vous êtes renvoyés sur le descriptif du livre)
Les Paupières de Lou (1992)
De quoi tenir dix jours (1993)
Une pieuvre dans la tête (1994)
La vie n’est pas une punition (1995)
Bouche d’ombre (1996)
Les Pis rennais (1996)
A trop courber l’échine (1997)
Ça y est j’ai craqué (1997)
Du bruit sous le silence (1999)
On y va tout droit (2001)
Mourir n’est peut-être pas la pire des choses (2003)
Loin des humains (2005)
Un drap sur le Kilimandjaro (2005)
Les hommes sont courageux (2006)
Cruelles natures (2007)
Tu ne verras plus (2008)
L’appel de l’huître (2009)
Les derniers jours d’un homme (2010)
Le bal des frelons (2011)
Les voies perdues (2011)
Maintenant le mal est fait (2013)
Quelques pas de solitude (2014)
Le chemin s’arrêtera là (2015)

Ses romans ont été récompensés par de nombreux prix dont le Prix Mystère de la critique qu’il a reçu deux fois (1997 et 2008), le Grand prix de littérature policière (2000), le Prix du roman noir français de Cognac (2006) et le Prix Jean-Amila Meckert (2015).
Il est traduit en italien, en allemand et en arabe.
Pour le réalisateur Jacques Mitsch, il a écrit les voix off de deux documentaires, « L’esprit des plantes » (Arte 2009) et « Une histoire naturelle du rire » (Arte 2011).

Pendant plusieurs années, il représente les auteurs au sein du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées — défense de leurs droits, création de bourses. En 2008, il participe à la campagne de la liste d’union de la gauche qui conduira Pierre Cohen à la mairie de Toulouse. En 2015, il est candidat aux élections régionales en Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon sur la liste « Nouveau Monde » conduite par Gérard Onesta. En 2016, il agit activement pour l’abrogation du décret du 30 décembre 2015 concernant la retraite complémentaire des artistes-auteurs RAAP/IRCEC — sa lettre ouverte à Manuel Valls a fait couler beaucoup d’encre…

 

Dominique FORMA

Né en 1962 à Puteaux. Études de sciences économiques à la faculté de Villetaneuse et études audiovisuelles à Sorbonne Censier.
Il rompt avec sa vie d’informaticien en 1991 et part pour la Californie où il vit jusqu’en 2007.
À Hollywood, il entreprend une carrière dans le cinéma ; en 1993, il travaille sur le film de James B. Harris, Boiling Point (l’extrême limite), avec Dennis Hopper et Wesley Snipes,en 1994, sur celui de Marc Rocco, Murder in the first (Meurtre à Alcatraz) avec Gary Olmann et Christian Slayter puis en 1995 avec Roland Emmerich sur Stargate.
En 1996 il produit le court-métrage Garage Sale, réalisé par Jeff Fisher et se met à l’écriture de scenarii. En 1998, il écrit, produit et réalise son premier court-métrage, Shakin’ all over. Puis il écrit et réalise en 2001, son premier long métrage Scenes of the Crime (la Loi des armes) avec Jeff Bridges, Morris Chesnut et Noah Wyle.
De retour en France, il publia son premier roman, en Février 2008, Skeud chez Fayard, repris en poche en 2015 chez Rivages/Noir. Une enquête policière sur le milieu des fabricants de disques pirates.
En Septembre 2008, il écrit pour la société de production Telfrance une série intitulée Sang-froid, une série polar fantastique.
En Septembre 2010, il publie chez Syros, Sans Vérité, un roman dans lequel un adolescent enquête sur la mort mystérieuse de son père.
En Mai 2011, paraît le dictionnaire du film français pornographique et érotique en 35 mm, pour lequel il écrit une quarantaine de notules.
En Septembre 2012, paraît Voyoucratie chez Rivages Noir. Puis en Mars 2013, Nano est publié chez Syros. Un roman qui suit les aventures du fils d’une concierge aux prises à des trafiquants installés dans son immeuble.
Parallèlement à ce travail, il poursuit une activité de photographe.
Hollywood Zéro, le monde glauque des monteurs (bidons) de films bidons, parait en 2013 et Amor en 2015, tous deux chez Rivages/Noir.
Amor : « Dominique Forma nous l’avait montré l’an dernier avec 
Hollywood Zero, il aime gratter le vernis des apparences pour faire apparaître si ce n’est la vérité, au moins une autre vérité, et les contradictions de ses personnages. Il s’y emploie encore ici avec un bel enthousiasme…Étude de mœurs et thriller efficace, portrait acide d’une certaine petite bourgeoisie faussement libérée, Amor est un roman noir cynique et plaisant ».

Voilà deux auteurs qui auront beaucoup d’histoires drôles et moins drôles à nous raconter!

 

 

Laisser un commentaire