Petit Rappel : Véronique Biefnot et Francis Dannemark, les écrivains du bonheur

Jeudi 29 septembre 2016
À partir de 18h
Livresse vous invite à rencontrer
deux auteurs peu communs
amoureux des Arts et des Lettres
au bonheur communicatif !

Deux parcours aux richesses artistiques stupéfiantes
une rencontre d’auteurs aux voix entremêlées
deux livres à quatre mains
qui offrent l’amour et la vie en partage
(avec Le Castor Astral Éditeur)

Véronique Biefnot et Francis Dannemark
en tournée dans les lilbrairies d’Aquitaine,
nous proposent un show littéraire
avec lectures d’extraits, commentaires
discussions avec le public
et dédicace enjouée de leurs ouvrages!

 

La route des coquelicots – Le Castor Astral Éditeur

À la croisée des chemins, le récit sensible et drôle de femmes à la recherche de l’amour

Olena, qui vient d’Ukraine, a vingt-sept ans et le grand rêve d’une vie meilleure. En 1992, sans papiers, elle travaille à La Moisson, une maison de retraite du Nord-Pas-de-Calais où règne une certaine fantaisie. Ce que l’on sait d’elle, c’est qu’elle est pleine d’espoir, de courage  – et qu’elle sourit. Parmi les pensionnaires de La Moisson, il y a la tendre Lydie. Il y a l’altière Flora, autrefois danseuse, et l’intransigeante Henriette. Il y a Charles le sage et Théo le séducteur, qui n’oublie pas qu’il a été coiffeur.
À la faveur d’un épisode sentimental qui bouleverse la maisonnée, Olena, au volant d’une Opel pas toute jeune, va traverser l’Europe avec ces trois vieilles dames et sa petite fille. C’est le début d’une épopée émouvante, haletante et souvent drôle, durant laquelle ces cinq femmes vont découvrir que l’amour ne connaît pas de frontière et qu’il n’y a pas d’âge pour commencer une vie nouvelle. En route pour Lisbonne ! En passant par Berlin, la frontière polonaise, Nuremberg, Sète, Madrid…

« Un voyage vers le bonheur ! »  (Simon Bersic)

 

Kyrielle Blues – Le Castor Astral Éditeur

Un testament, des secrets, une confession…
Et la grande roue de la vie qui tourne.

Kyrielle Blues nous emmène dans une histoire intime, entre chagrins secrets et belles promesses d’une vie nouvelle. Il y est question de souvenirs d’enfance, d’héritage et de transmission.
Un roman plein de musique et… d’histoires d’amour !
Un livre qui ravit l’œil : ce roman est accompagné d’une cinquantaine d’illustrations en couleurs de Véronique Biefnot.

Un roman tout public, grave mais teinté d’humour, tendu et sentimental, plein de surprises et de rebondissements.

« Un blues, mais d’un bleu lumineux ! »
(Simon Bersic)

Kyrielle Blues en quelques mots

À Hazebrouck, un notaire attend Nina, qui vient de Bordeaux, pour lui lire les dernières volontés de son père, Teddy, un pianiste de jazz réputé qui l’a élevée seul. Le testament libère en elle une troublante kyrielle de souvenirs. Mais l’essentiel est ailleurs : la confession finale de Teddy va  entraîner Nina et le notaire très loin derrière le miroir, là où sont enfouis les mensonges, les silences, les ressorts secrets d’une vie. De révélations en surprises, ces aveux bouleversent passé et présent.
Vont-ils changer la couleur de l’avenir et permettre de repeindre l’horizon en bleu ? En tout cas, très vite, l’histoire rebondit…

 

Vous seront aussi proposés à la dédicace :

  Au tour de l’amour, poèmes, nouvelle et dessins, Le Castor Astral, 2015

Véronique Biefnot

   Comme des larmes sous la pluie,  Le Livre de Poche, 2012

   Les murmures de la terre, Le Livre de Poche, 2014

   Là où la lumière se pose,  Le Livre de Poche, 2015

 

Francis Dannemark

   Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un),  Pocket, 2014

aux-anges  Aux anges, Pocket, 2015

   La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis, Robert Laffont, 2012

zoologie-315x495  Zoologie, Le Castor Astral.

Pour faire connaissance avec ces deux artistes à la vie passionnante,

N’hésitez pas à lire leur histoire ci-dessous, des envies vous viendront d’en savoir encore plus et de comprendre le sens de leur rencontre littéraire en venant les écouter et les questionner

Jeudi 29 septembre prochain
à partir de 18h
dans votre librairie Livresse

Véronique Biefnot

Est née à Colfontaine en 1961.
Après une agrégation en philo et lettres à l’ULB, l’étude de la peinture aux Beaux-Arts et de l’Art Dramatique au Conservatoire, Véronique Biefnot a interprété plus de quarante grands rôles sur la plupart des scènes théâtrales belges (théâtre du Parc, des Galeries, Varia, Public, Jean Vilar, ….). Elle a ainsi eu l’occasion d’interpréter quelques grands rôles emblématiques du répertoire, de Suzaneke Beulemans à Macha, Héléna ou Irina chez Tchékov, Elmire dans « Tartuffe » dans trois mises en scène différentes, Hélène dans « La guerre de Troyes » et « Les troyennes », …etc…sans oublier le récent grand succès « Le Dieu du carnage » joué pendant deux saisons au Public et en tournée…
Parallèlement à cette vie d’actrice, de présentatrice de télévision et de metteur-en-scène (« Garbo n’a plus le sourire » au Théâtre Royal du Parc et « Les Combustibles » au théâtre Le Public), elle a toujours mené des projets en solitaire, creusant le sillon artistique grâce à la peinture et l’écriture.
Ainsi, outre quelques adaptations théâtrales, elle a écrit et dirigé un moyen métrage : « Alme »; elle a mis en espace, pour le Magasin d’écriture théâtrales, des textes inédits de Régis Debray, Jacqueline Harpman, Jean-Marie Piemme…. etc. (pour plus de détails, voir la carrière ci-dessous)

En mai 2011, son premier roman, « Comme des larmes sous la pluie », est paru aux éditions Héloïse d’Ormesson, suivi du second, « Les Murmures de la terre », en mai 2012, le troisième tome de cette trilogie paraît en 2013.
Elle collabore régulièrement à la revue littéraire « Marginales » pour laquelle elle a écrit trois nouvelles : « Le Fauteuil », « A-Mazon » et « La Grande Maison ».En octobre 2012, elle sortira un roman dans la nouvelle collection de Luc Pire, les nouveaux romans de gare, « Kiss & Read » dont le titre provisoire est « Sous les ruines de Villers ». Parallèlement à ces divers projets, elle entamera une collaboration avec une maison d’édition bordelaise : « Myriapode » pour une série de romans destinés à la jeunesse (16-18 ans) dont le premier tome « Animalter » paraît avant Noël 2012.

En 2013, elle rencontre le romancier belge Francis Dannemark, avec qui elle collabore sur l’adaptation de son roman « Histoire d’Alice,qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris,plus un) ». Mais l’adaptation cinéma ne se fait pas. Cette collaboration n’est pas pour autant perdue. Au contraire, elle va donner naissance à une autre collaboration. Véronique Biefnot termine l’écriture de « Là où se pose la lumière », tandis que Francis Dannemark termine son roman « Aux anges ». Ils décident d’un commun accord de croiser leurs deux romans, de telle manière que des personnages d’un roman se retrouve dans l’autre.
En 2014, Véronique Biefnot continue cette collaboration en écrivant un roman à quatre mains « La route des coquelicots » qui est sorti en 2015 au Castor Astral. En parallèle à ce livre, un second livre sort chez le même éditeur, toujours écrit à quatre mains, « Au tour de l’amour » qui mélange poésie et peinture. C’est l’occasion pour Véronique de montrer un autre de ses talents, la peinture.

Devenue romancière à part entière, elle continue d’écrire ses propres histoires, tout en continuant sa collaboration avec Francis Dannemark. Plusieurs projets de livres devraient voir le jours dans les années qui suivent, Kyrielle Blues en est le premier d’entre eux.

Carrière

La carrière professionnelle de Véronique Biefnot touche plusieurs domaines. Si le théâtre en a la place principale, le cinéma, l’écriture, la télévision (animatrice sur la RTBF), la peinture, le doublage, la mise en scène viennent se rajouter. Éclectique, Véronique a plusieurs flèches à son arc.

Théâtre
theatre-1 

Véronique Biefnot a foulé les planches de tous les grand théâtres belges : Rideau de Bruxelles, Théâtre Royal du Parc, Théâtre Royal des Galeries, Compagnie des Galeries, Théâtre de l’Esprit Frappeur, Théâtre Varia, Théâtre de la Place, Atelier Théâtral de Louvain-la-Neuve, Atelier Théâtre Jean Vilar, Théâtre du Grand Midi, Magasin d’Écriture Théâtrale, Théâtre de l’Eveil, Théâtre Le Public, Théâtre de Namur.
1981-1982 – La pieuvre (Une femme du monde, Une matrone) Rebelothéâtre
1984 – Du vent dans les branches de sassafras (Pamela) Théâtre Royal du Parc
1984 – Mademoiselle ma mère (Jacqueline Letournel) Compagnie des Galeries
1984 – Le diner de mademoiselle Justine (Caroline) Rideau de Bruxelles
1984 – Les trois sœurs (Irina) au Stassart
1985-1986 – Le mariage de mademoiselle Beulemans (Suzanne Beulemans) Compagnie des Galeries
1985 – Du vent dans les branches de sassafras (interprétation) au théâtre du Parc
1985 – L’avare (Marianne) Compagnie des Galeries
1985 – Le mariage forcé (interprétation) au Breughel
1986 – La double inconstance (Flaminia) Compagnie des Galeries, tournée des châteaux
1986-1987 – Le mariage de Mlle Beulemans (Suzanne Beulemans) Compagnie des Galeries
theatre-2
1986 – Manoë (tournage cinéma à New-York, Dakar, Alger et Bruxelles)
1987 – Manoë (représentations à Bruxelles, Paris, Lausanne) Passage 44
1988 – Tailleur pour dames (Suzanne) Théâtre Royal du Parc
1988 – Les Bonnes (interprétation) à l’Ancre
1988 – Charlotte ou la nuit mexicaine (interprétation) à l’Ancre
1989 – Le Cid (Chimène) Compagnie des Galeries
1989 – Tartuffe (Elmire, costume) aux Tréteaux
1989 – Le Rouge et le noir (Madame de Rênal) à l’Esprit frappeur
1989 – Un tout petit navire (interprétation) aux Tréteaux et à la Samaritaine
1990 – Ciel de lit (Agnès) Compagnie des Galeries
1991 – Deux sur la balançoire (Clara) Compagnie des Galeries
1991-1992 – Le badge de Lénine (voix off, costume) Scène Nationale, Théâtre Varia
1991-1992 – La Mouette (interprétation) Théâtre Varia
1992-1993 – Le Badge de Lénine (voix, costumes) Théâtre Varia
1992-1993 – Histoire du soldat (assistance mise en scène, interprétation) Théâtre de la Place
1992-1993 – La Mouette (Macha) Théâtre Varia
1992-1993 – Oncle Vania (interprétation) Théâtre Varia
1993-1994 – Histoire du soldat (assistance mise en scène, interprétation) Théâtre de la Place
1993-1994 – Oncle Vania (Eléna) Théâtre Varia
1993-1994 – Scandaleuses (Lula) Théâtre Varia
theatre-3
1995-1996 – Mémoires de deux jeunes mariées (décor) Atelier Théâtre Jean Vilar
1995-1996 – Silence en coulisses ! (Véronique Béjart) Atelier Théâtre Jean Vilar
1996-1997 – La Clairière (lecture) Magasin d’Écriture Théâtrale
theatre-4
1996-1997 – Silence en coulisses ! (interprétation) Théâtre Jean Vilar
1996-1997 – Le Tartuffe ou l’imposteur (Elmire) Théâtre Jean Vilar
1997-1998 – Après la pluie (interprétation) Théâtre Jean Vilar
1997-1998 – Contes drôles et cruels (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1997-1998 – Le Journal d’une femme de chambre (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1997-1998 – Maître Puntila et son Valet Matti (interprétation) Atelier Théâtre Jean Vilar
theatre-5
1997-1998 – Le Tartuffe ou l’imposteur (Elmire) Atelier Théâtre Jean Vilar
1998-1999 – Contes drôles et cruels (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1998-1999 – Corne de lune (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1998-1999 – Le Journal d’une femme de chambre (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1998-1999 – Maître Puntila et son Valet Matti (interprétation) Atelier Théâtre Jean Vilar
1998-1999 – Tout est bien qui finit bien (interprétation, costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1999-2000 – Les affaires sont les affaires (Germaine, costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1999-2000 – Contes drôles et cruels (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1999-2000 – Dans le bar d’un hôtel de Tokyo (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1999-2000 – Le Journal d’une femme de chambre (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
1999-2000 – Le Vieil Homme rangé (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
theatre-6
2000-2001 – Beaucoup de bruit pour rien (Béatrice) Compagnie des Galeries
2000-2001 – Lettre de la religieuse portugaise (Mariana, costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
2000-2001 – Contes drôles et cruels (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
2000-2001 – Conversation en Wallonie (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
2000-2001 – Les Femmes savantes (costumes) Théâtre Royal du Parc
2000-2001 – Le Journal d’une femme de chambre (costumes)
2000-2001 – Lettres de la religieuse portugaise (Mariana, costumes)
2000-2001 – Le Vieil Homme rangé (costumes) Atelier Théâtre Jean Vilar
2001-2002 – Conversation en Wallonie (costumes)
2001-2002 – Les Troyennes (Hélène)
theatre-7
2001-2002 – Le Vieil Homme rangé (costumes)
2001-2002 – Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (costumes)
2002-2003 – Conversation en Wallonie (costumes)
2002-2003 – Tartuffe (Elmire) Compagnie des Galeries
2002-2003 – Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (costumes)
2003-2004 – L’amuse-gueule (Florence Arnaud) Compagnie des Galeries
2003-2004 – Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (costumes)
2004-2005 – Le Jardin parfumé (costumes)
2004-2005 – Vingt quatre heures de la vie d’une femme (costumes)
2005-2006 – Caligula (Caesonia) Compagnie des Galeries
2005-2006 – Le Jardin parfumé (costumes) Théâtre du Grand Midi
2005-2006 – Romance (mise en espace) Magasin d’Écriture Théâtrale
2006-2007 – Didi Beausonge (mise en espace) Magasin d’Écriture Théâtrale
2006-2007 – Shéhérazade à l’aube de la 1002ème nuit (costumes) Théâtre du Grand Midi
2007-2008 – Garbo n’a plus le sourire (mise en espace) Magasin d’Écriture Théâtrale
2007-2008 – La Guerre de Troie n’aura pas lieu (Hélène) Théâtre Royal du Parc
2007-2008 – Objets d’amour (Ariane) Magasin d’Écriture Théâtrale
2007-2008 – Secret-défonce ou Tango pour les temps futurs (mise en espace, voix off) Magasin d’Écriture Théâtrale
2008-2009 – Le Dieu du carnage (Annette) Théâtre de Namur, Théâtre Le Public
2008-2009 – En haut de l’escalier (mise en espace, interprétation) Magasin d’Écriture Théâtrale
2009-2010 – Après (mise en espace) Magasin d’Écriture Théâtrale
2009-2010 – Le Dieu du carnage (interprétation) Théâtre de Namur, Théâtre Le Public

2009-2010 – Garbo n’a plus le sourire (mise en scène) Théâtre Royal du Parc
2009-2010 – Intox (costumes) Théâtre de l’Éveil
2009-2010 – Rain Man (création costumes) Théâtre de Namur, Théâtre Le Public
2010-2011 – Les Combustibles (mise en scène, scénographie, costumes) Théâtre Le Public

2010-2011 – Le Dieu du carnage (Annette) Théâtre Le Public
2010-2011 – Intox (costumes) Théâtre de l’Eveil
2010-2011 – Rain Man (création costumes) Théâtre de Namur, Théâtre Le Public
2011-2012 – Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (costumes)

Films et téléfilms
theatre-8

1985 – Vaya con dios : Don’t cry for Louie (Clip)
1985 – Istambul, de Dominique Deruddere
1986 – Manoë de Marc de Hollogne (spectacle de cinéma-théâtre)
1993 – Les kilos en trop de Gilles Béhat (Sophie)
1996 – Putain de voleuse, de Sam Garbarski
1996 – Le destin des Steenfort, de Jean-Daniel Verhaeghe
2003 – Le tango des Rashevski, de Sam Garbarski (La mère de Ric)
2004 – Alive, de Frédéric Berthe (Anna)
2006 – Mes copines, de Sylvie Ayme (La mère d’Aurore)
theatre-9

Télévision
theatre-10

1983-1984 – Ciné-Clips (présentatrice), émission de cinéma sur la RTBF
1985-1985 – Le mot de la fin (présentatrice), émission de jeux sur la RTBF
2012-2012 – La collection RTBF Liège
2012-2013 – Cinquante degrés Nord, RTBF/Arte Belgique (chroniqueuse)

Doublage

Véronique Viefnot a également doublé les voix de Nastassia Kinski, Pénélope Cruz, Ornella Mutti ou Pamela Anderson.
2007-2008 – Sea Patrol – Lisa McCune, Lieutenant ‘Capitaine’ Kate McGregor
200x-200x – MI-5 – Hermione Norris – Carol Jordan
2011-2011 – Docteur Who – infirmière

Livres audio

– Sages paroles du dalaï-lama – Catherine Barry, lu par Daniel Nicodème et Véronique Biefnot.

Musique
theatre-11

En 1985, Véronique Biefnot chante King Kong, un canular musical que certains ont pris au sérieux.


FRANCIS DANNEMARK

Après avoir longtemps animé des ateliers d’écriture et des rencontres en milieu scolaire, Francis Dannemark s’est ensuite orienté vers des activités d’opérateur. Il a ainsi assuré l’organisation de rencontres littéraires, de résidences d’écrivains et de nombreux festivals internationaux, d’abord en tant que directeur d’un centre culturel bruxellois puis en tant que responsable littéraire de l’association Escales des lettres, qu’il a fondée en 1999.
Depuis 1998, il dirige la collection  » Escales du Nord  » aux éditions Le Castor Astral. Il est également membre du comité éditorial de la collection  » Carnets Littéraires  » chez Estuaire.
Parallèlement à ces activités, il est conseiller littéraire indépendant. Professionnels et amateurs peuvent ainsi le consulter sur tous les aspects de la création littéraire et s’adresser à lui pour des évaluations, des lectures commentées, des révisions, des corrections, des supervisions ou d’autres tâches éditoriales. On peut également le consulter sur tout ce qui concerne la réalisation de manifestations littéraires nationales et internationales (rencontres, lectures, conférences, débats ou festivals).

telechargement-francis-dannemark  Francis Dannemark est né le 13 avril 1955, année de la Chèvre, à Macquenoise, sur la frontière franco-belge et sous le signe du Bélier.
Lors de ses études de philosophie & lettres à l’Université de Louvain, il anime une revue littéraire,  » La Vigie des Minuits Polaires « . Tout en écrivant, il exerce diverses activités : professeur, garde de nuit, traducteur, critique de cinéma, adjoint du rédacteur en chef d’un journal de bandes dessinées, attaché culturel dans un cabinet ministériel, animateur d’ateliers d’écriture en Belgique et en France, écrivain en résidence (Université d’Artois), directeur d’un centre culturel à Bruxelles, directeur des associations Escales des lettres (qu’il fonde à Bruxelles et à Arras en 1999). Il est actuellement éditeur, conseiller littéraire indépendant, et responsable du programme d’Escales des lettres à Bruxelles.
En 1998, il a créé la collection  » Escales du Nord « , devenue par la suite « Escales des lettres », qu’il dirige avec Jean-Yves Reuzeau.
Premiers essais d’écriture : autour de 1967. Premiers poèmes et première revue littéraire autour de 1972 (à l’Institut Saint-Louis, à Bruxelles).
De 1976 à 1980, Francis Dannemark publie une revue de poésie, La Vigie des Minuits Polaires. En novembre 1976, il publie Improbables stéréographes, des poèmes un peu alambiqués, suivis un peu plus tard, en janvier 1977, par Clous de girafe, une plaquette minuscule qui doit plus à Tex Avery qu’à René Char. En octobre 1977, à l’initiative de Bernard Delvaille, les éditions Seghers publient les poèmes d’Heures locales, dont quelques pièces, les plus simples, sont encore lisibles.
Encore une plaquette, Lolita Express, puis, en mai 1978, les éditions Le Castor Astral font paraître Antarctique, des poèmes « art & essai » qui manquent de chaleur, mais c’était une époque comme ça. C’était aussi une époque florissante pour les revues littéraires ; FDK collabore à bon nombre d’entre elles, lit des textes dans les nombreuses « Nuits de la poésie » qui s’organisent ici et là.
En 1979 et 1980 paraissent de nombreux petits livres dont certains textes seront repris dans des recueils publiés ultérieurement : Périmètre de courseGarden partyPiècesRoad to CairoDistancesLa nuit a surgi très noirePassages parallèles,… Ces plaquettes sont souvent le fruit de collaborations (photos, dessins ou textes de Nathalie Jancart, Dominique et Claude Mortier, Martin Vaughn-James, Sarah McCoy, Jean-Claude Schliwinski, Bernard Kerger, Etienne Reunis,…)

images-1  Après avoir longtemps prétendu qu’il n’écrirait jamais de romans, Francis Dannemark a envie d’en écrire un, sans doute parce que ses poèmes se sont mis à raconter des histoires et qu’il veut plus d’espace. Le voyage à plus d’un titre, écrit entre septembre 1979 et mars 1980, paraît chez Robert Laffont en avril 1981, grâce à Martin Melkonian et à Michel-Claude Jalard. Ce dernier sera, chez Laffont, l’éditeur des romans de FDK jusqu’en 1993.
Toujours en 1981, Dominique Bedou, éditeur à Gourdon (Lot), publie le recueil Périmètres. C’est lui aussi qui, fin 1983, éditera Les eaux territoriales. Entre-temps aura paru, chez Laffont, le roman La nuit est la dernière image (septembre 1982). Ce roman et le précédent fourniront la matière d’une pièce de théâtre, La dernière image d’un film rêvé, conçue par l’Hypothésarts et jouée durant l’automne 1984 à Bruxelles, au moment où paraissent les Mémoires d’un ange maladroit, troisième roman chez Laffont.
Jusque fin 1987, silence, la roue tourne. Francis Dannemark refait surface en octobre de cette année-là avec des « caribous », petits textes philosophico-comiques. Les caribous sont impertinents et tendres. Se souvenant qu’il avait voulu être zoologiste, FDK les adopte. Ils se rassemblent en Passage de caribous et Message de caribous (1987) pour donner les Caribous nouveaux en 1989, le Retour de caribous en 1991 et le Déplacement de caribous (fin 1991).
1987 voit aussi paraître la traduction néerlandaise des Mémoires d’un ange maladroit : De onhandige engel, chez Manteau.
1988 : un nouveau roman chez Laffont. Il s’intitule L’hiver ailleurs. Dans le même volume, sous le titre de Sans nouvelles du paradis, on trouve de brèves nouvelles, quelques poèmes, des chroniques (et quelques caribous).

Les poèmes d’Une saison de grands vents paraissent en avril 1990, pendant que FDK, entre deux portes et sur un coin de table, écrit Choses qu’on dit la nuit entre deux villes. Ce roman paraît chez Laffont en janvier 1991. A la grande surprise de son auteur, il reçoit le prix Charles Plisnier et, en 1993, le Prix franco-belge des lycéens (attribué simultanément à Daniel Pennac). En 1995, Vincent Smetana en tirera une pièce de théâtre interprétée à l’Espace Senghor (Bruxelles) par Pietro Pizzuti et Delphine Salkin, avec une musique originale du pianiste de jazz Eric Legnini.
En février 1992 paraît le roman Les agrandissements du ciel en bleu, chez Laffont encore. Deux ou trois plaquettes plus tard, au printemps 1993, paraissent simultanément La longue promenade avec un cheval mort (ce septième roman chez Laffont reçoit le prix Alexandre-Vialatte) etL’incomparable promenade, recueil de poèmes édité chez Cadex, à Montpellier. Cette même année, les éditions Labor rééditent au format de poche les Mémoires d’un ange maladroit dans la collection « Espace Nord ».
En avril 1994, les éditions Zulma publient Zone de perturbations, un roman érotique qu’ont écrit ensemble FDK et Etienne Reunis. En mars 1995, les éditions Cadex publient deux volumes : La tombe d’un jeu d’enfant, recueil de petits textes en prose écrits en 87-88 à la suite de Sans nouvelles du paradis, et Dans les jardins mouillés, qui rassemble quelques poèmes écrits durant l’automne 1994, alors que FDK était écrivain en résidence à l’Université d’Artois. Comme L’incomparable promenade, ce livre est illustré par Teddy Magnus.

telechargement  En 1995, FDK commence à organiser des festivals littéraires transfrontaliers et internationaux.

Janvier 1996 voit paraître Le dernier qui sort du siècle éteint les autoroutes et ferme la porte, petit recueil de poèmes écrits par FDK et les amis qu’il a invités pour la circonstance, Xavier Deutsch, Etienne Reunis et Thomas Gunzig.
En mars 1997 paraissent, chez Cadex, avec des photos de Valérie Smith, les Poèmes et lettres d’amour.
En mars 1998, les éditions Le Castor Astral publient simultanément deux nouveaux romans, Qu’il pleuve (écrit en 94-95) et La grève des archéologues (écrit en 97).

Dans cette même maison, FDK crée avec Jean-Yves Reuzeau une collection baptisée « Escales du Nord « . Premiers titres publiés, en septembre 1998 : Le livre des Rabinovitch de Philippe Blasband et l’anthologie de nouvelles Frontière belge ’98, bientôt suivis par d’autres.
Chez Cadex paraissent deux livres au début de l’année1999 : un conte, La traversée des grandes eaux et un recueil intitulé Le jour se lève encore(comprenant une nouvelle de FDK, une nouvelle de Réjane Peigny et un texte écrit à quatre mains). Au printemps, FDK fonde les associations Escales des lettres à Bruxelles et à Arras.
En 1999 paraît encore, au Castor Astral, une version revue des Mémoires d’un ange maladroit. Paraît également, chez Avagliano, la traduction italienne de La grève des archéologues (Cicatrici di pietra, traduction de Stefania Ricciardi).
En 2000Qu’il pleuve est réédité chez Pocket. En automne paraît au Castor Astral l’anthologie La longue course (Poèmes 1975-2000), élaborée avec l’aide de Daniel Laroche.
En avril 2001, toujours au Castor Astral, paraît une romance (écrite en janvier de la même année), Bel amour, chambre 204La longue course (Poèmes 1975-2000) reçoit le Prix Maurice-Carême 2001 en mai.
En février 2002, les éditions Cadex publient 33 voix, un recueil de poèmes en français accompagnés chacun d’une traduction dans une langue différente. La préface est de Xavier Hanotte. Les poèmes, hormis 5 inédits, sont des extraits, parfois retouchés, de La longue course. En avril, FDK les lit en compagnie de lectrices polyglottes et avec Charles Loos au piano à La Monnaie (Bruxelles, dans le cadre du festival Het Groot Beschrijf).
En janvier 2003 paraît, chez Belfond, le roman Les petites voix, écrit en juillet 2002. A partir du mois de mai, avec Didier Platteau, Régine Vandamme et Chris De Becker, il prépare la création d’une nouvelle collection, les « Carnets littéraires », à paraître en 2004 chez Estuaire. De septembre à décembre, après la canicule, il écrit L’homme de septembre.

FD élève deux de ses trois fils, Lucas (né en 1994) et Noé (né en 1996), qui vivent avec lui depuis l’an 2000. Il continue à éditer des livres qu’il aime dans la collection « Escales des lettres ». Il devient conseiller littéraire indépendant, anime à nouveau des ateliers d’écriture.

images  En février-mars 2004, il écrit de nouveaux poèmes, puis, en juin, de petits textes en prose qui les accompagnent. Le livre paraîtra en 2005 sous le titre d’Une fraction d’éternité. L’année suivante paraît Zoologie, qui rassemble des textes anciens, revus et corrigés, et quelques inédits. Entre juillet et décembre 2004, avec l’aide de quelques amis (en particulier le traducteur Marnix Vincent), FDK prépare une anthologie de la poésie belge du vingtième siècle, qui propose côte à côte des poètes de la communauté française et de la communauté flamande.Cette anthologie, Ici on parle flamand & français, sortira aux éditions Le Castor Astral en mars 2005.
En 2007, retrouvailles avec la maison Robert Laffont, où FDK avait publié ses sept premiers romans, entre 1981 et 1993 ; c’est là que paraît Le grand jardin (qui lui trottait en tête depuis vingt ans), sous la direction éditoriale de Brigitte Lannaud-Levy. Ce roman obtient le prix Bernheim.

 

 

 

telechargement-fd  Pendant quatre ans, silence. Puis, entre 2011 et 2013, trois romans édités chez Robert Laffont par Brigitte Lannaud-Levy : Du train où vont les choses à la fin d’un long hiverLa véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis (qui, rompant avec la tradition des romans courts, compte près de 500 pages), et Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un).

 

 

 

 

 

  En 2013, Francis Dannemark et Véronique Biefnot préparent une adaptation de
l’Histoire d’Alice, collaborent à l’écriture de leurs nouveaux romans et, dans la foulée, font se rencontrer leurs personnages, qui voyagent d’un livre (Aux anges, Laffont, 2014) à l’autre (Là où la lumière se pose, 3ème tome de la trilogie de VB, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2014). Bientôt ils se mettent à écrire ensemble. Des romans, des nouvelles, des poèmes… La route des coquelicots, le premier roman de Biefnot-Dannemark, paraît aux éditions Le Castor Astral en mars 2015, en même temps que leur recueil Au tour de l’amour. Le dernier en date est paru sous le titre « Kyrielle Blues ».

 

 

D' » Escales du Nord  » à  » Escales des lettres « 

En septembre 1998, Francis Dannemark et Jean-Yves Reuzeau fondent la collection  » Escales du Nord « , devenue  » Escales des lettres  » au printemps 2006 et qui fête son dixième anniversaire durant l’automne 2008. Elle est dirigée par ses fondateurs avec l’assistance de Bénédicte Pérot, Hélène Hiessler et Jean-François Caro.
Depuis avril 2008, la collection  » Escales des lettres  » regroupe l’ensemble de la littérature contemporaine au Castor Astral (à l’exception de la poésie et des ouvrages consacrés à l’Oulipo). Elle propose des romans, des récits, des nouvelles, quelques essais, documents et anthologies (mais ne publie plus de poésie).
 » Escales des lettres  » publie des écrivains de langue française (France, Belgique, Suisse, Luxembourg), quelques-uns des meilleurs auteurs belges d’expression néerlandaise (dans sa  » Bibliothèque flamande « ) et des auteurs des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, du Canada, d’Irlande, d’Italie….
La collection  » Escales des lettres  » publie des œuvres de Philippe Blasband, Yves Buin, Francis Dannemark, Xavier Deutsch, Daniel Fano, Georges Flipo, Denis Grozdanovitch, Thomas Gunzig, Xavier Hanotte, Georges Kolebka, Hervé Le Tellier, Marc Villard, Cécile Wajsbrot, ainsi que de Benno Barnard, Hugo Claus, Willem Elsschot, Jef Geeraerts, Stefan Hertmans, Geert van Istendael, Wilfred Owen, Pier Paolo Pasolini …
Elle a fait découvrir au public des auteurs tels que Régine Vandamme, Eva Kavian, Edouard C. Peeters, Marie-Ève Sténuit, Pascal Allard, Colette Cambier…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire